J’apprends à aimer mon corps

soin de son corps

[blockquote_right] Depuis l’âge de 4 ans où j’ai commencé mes premiers pas de danse, je n’ai jamais cessé d’observer ce que disent les corps.[/blockquote_right]
[dropcap_one] I[/dropcap_one] l y a ceux qui marchent sur les talons, le dos vers l’arrière et l’abdomen en avant, ceux qui se tiennent droits comme des I, mais il y en a très peu, ceux qui marchent le cœur en arrière et le menton en avant, ceux qui s’assoient le corps détendu, et le visage ouvert, ceux qui dirigent tout leur corps et leurs sens vers le monde extérieur tandis que des tensions ingérables verrouillent leurs muscles en profondeur, il y a ceux  qui expriment tout avec les yeux et le visage tandis que leurs mains  s’agitent dans leur dos et que leurs pieds “dansent” instables sur le sol, il y a ceux qui bougent le moins possible pour être polis, il y a ceux dont tout bouge, leur yeux, leurs bras leurs pieds…mais dont le sternum est rentré comme enfoncé, il y a ceux bien ancrés dans leurs pieds, dont la posture est à la fois stable et disponible au mouvement, les yeux brillants de vie…

«  Notre corps est la somme de notre vécu  et de ce que nous en faisons. »

[dropcap_one] M[/dropcap_one] altraiter son corps a un coût. Mal le nourrir, vivre dans un stress permanent, avec une vie trop statique, le manque de lumière, la routine, aucune activité physique, pas de vie sexuelle, cultiver des sentiments d’infériorité, lui est préjudiciable.
Ignorer ses cris d’alarmes(douleurs, mauvaise circulation, amaigrissement ou prise de poids anormales, éruptions cutanées, allergies, fatigue permanente, la peau qui se relâche, et le visage qui  marque un mal-être, la posture désaxée *voir article sur l’axe vertical du corps*, toujours se tenir debout sur les talons, ou toujours sur les orteils, les crampes, les insomnies…), cultiver des émotions toxiques, ne jamais le regarder ou le toucher s’inscrit de façon dommageable  dans notre corps.

Le prendre en compte l’équilibre, l’harmonise:
bien le nourrir, s’imposer et imposer aux autres des moments pour s’en occuper( faire une sieste, s’allonger un instant dans le calme, méditer, faire du sport, aller chez l’ostéopathe, l’esthéticienne, au sauna…), vivre pleinement chaque moment quand nous mangeons, prenons une douche, regardons un film, courrons, faisons l’amour, marchons, regardons un paysage…entendre ses alertes avant qu’elles ne deviennent des maux: crampes(Pourquoi-Comprendre-Soigner), le coeur qui s’emballe(Pourquoi-Comprendre-Pallier), la posture du dos qui s’arrondit de plus en plus(Pourquoi-Comprendre-Soigner), sentir si l’on fait tout trop vite, et comment trouver son rythme…

Vous l’avez compris, aimer son corps est l’entendre, le comprendre, et lui apporter ce qu’il demande.  Le corps sait ce qui est bon pour lui et son équilibre. Mais attention, car lorsque le corps est ignoré depuis trop longtemps nous finissons par confondre besoins vitaux et désirs émanant de troubles du comportement, comme nous le voyons souvent pour l’alimentaire.

Manger

[dropcap_one] S[/dropcap_one] i nous apprenons à manger de bons aliments depuis toujours en prenant soin de cuisiner de bons   produits sains comblant tous nos besoins énergétiques tout en privilégiant notre énergie vitale, cela stimulera notre attrait pour cette alimentation.
Si l’on nous propose de manger des produits trop riches en mauvaises graisses, colorants chimiques, sucre, conservateurs et autres substances toxiques, notre corps, c’est-à-dire Nous, exprimera le rejet de cette nourriture.

MAIS! Si nous mangeons depuis longtemps des aliments souvent pré-cuisinés, riches en mauvaises graisses, sucres, colorants chimiques, nous aurons “éteint” notre capacité à reconnaitre nos besoins vitaux, et notre corps sera alors soumis à une attirance compulsive pour une diététique à base de farines blanches, mauvaises graisses, sodas, bonbons…d’alcool…Notre corps, NOUS, n’aurons pas un attrait immédiat pour une alimentation saine, mais plutôt pour un paquet de bonbons ou un alcool.

C’est une spirale dangereuse qui conduit à :

  • L’encrassement de nos artères
  • Des prises poids anormales, entourant notre cœur de graisses favorisant les infarctus
  • Des prises de poids anormales, abimant prématurément nos articulations (arthrose) et réduisant ainsi notre mobilité rapidemen
  • Des pertes de poids anormales, par manque de bonnes substances, amenant à un affaiblissement général
  • A la maladie et la dépendance aux autres.
  • A la dépression
  • A la désaffection de soi induisant des comportements pathogènes, voire pathologiques.
  • Enfin, à l’incapacité à sortir de cette spirale .

Mais il y a une solution !  L’envie de se faire du bien.

« Ah bon ? Comment ? » Pour commencer en remplissant son réfrigérateur et ses armoires de bons produits.

Privilégiez les produits bio

[dropcap_one] Q[/dropcap_one] ue vous ayez les moyens ou un porte monnaie un peu moins rempli, privilégiez les produits bios.   Les produits bio ont plus de saveur et de valeurs nutritionnelles que les non bio, donc vous pouvez les acheter en  plus petites quantités et en grande surface, on peut trouver des petits prix. Et si vous avez un gros appétit, le riz, les pâtes, les pommes de terre, le boulgours, ou les légumes secs feront un bon accompagnement de base.
Si cela reste trop cher, prenez la base pour cuisiner dans les premiers prix non bios: féculent (pâtes, riz, farine complète), protéines (poulet, bœuf et autres viandes congelés -c’est moins cher que les produits frais-, œufs, ou protéines végétales), végétaux (légumes congelés-moins chers que les légumes frais-), fruits frais premier prix (exemple les filets de mandarines et les bananes sous souvent peu cher), huile d’olive ou végétale, ail frais (à manger cuit et cru, excellent détoxiquant de l’organisme et bon pour le cœur), éviter tous les yaourts et desserts déjà sucré, faites le vous même avec du sucre roux ou du miel.

Vous craignez que tout cela soit fade? Apprenez à faire des sauces à la tomate et au basilic, achetez des épices. Apprenez à faire une cuisine simple et savoureuse !

Vous n’avez pas le temps de cuisiner ? …trouvez-le !
Réorganisez votre emploi du temps pour pouvoir au moins cuisiner un bon plat qui vous fait trois jours, et vous recommencez.  Votre corps adorera un bon plat de légumes mijotés, avec un poisson grillé, un filet d’huile d’olive et des pâtes, le tout fait maison (c’est un exemple). Pour les sauces, jonglez avec les épices, les herbes, les fruits secs, et autres trésors que nous offre la Nature. Evitez de faire revenir au beurre ou d’utiliser des sauces industrielles pleine de sucre  et de colorants.

Une envie de bonbons plein de produits chimiques? Achetez ou fabriquez vos bonbons à base de pâtes de fruits, ou mangez les fruits sec mélangés, c’est délicieux, un bouquet de saveurs pour le palais (il y en a de toutes sortes,  vous pouvez faire différents mélanges dans des bocaux en verre):c’est sain et tentant.

Préférez les récipients en verre au plastique, et la cuisson des aliments dans une casserole au micro-onde.

Si vous avez un jardin ou un balcon, faites pousser des herbes fraiches, des légumes, des fruits…c’est un bonheur de faire grandir une plante,  de se l’offrir, et de la partager dans un plat cuisiné avec amour.

Peu à peu votre corps va changer,  vous allez vous sentir mieux, avec une meilleure énergie, un mieux-être général, et votre corps va vous en redemander, là il sera BON DE L’ ECOUTER 🙂 Bravo !!

Bouger

[dropcap_one] D [/dropcap_one] emandez à un chien de rester assis toute la journée. Cela ne vous viendrait pas à l’esprit, car même dans un petit espace, vous le laissez bouger. Alors pourquoi imposer cela à notre corps ? Au bureau, à l’école, à l’université, durant des heures devant la télévision ou un ordinateur?

Faites stagner de l’eau, elle croupit. Et notre corps ?  C’est un corps en souffrance, vite sclérosé, déformé, rouillé, importun.

Quelles solutions? Vous avez déjà trouvé. Il ne vous reste plus, si vous le souhaitez, qu’à mettre en pratique vos solutions.   Elles sont facilement accessibles.

Vous pratiquez un sport ? Excellent. L’effort douloureux et excessif  n’est pas nécessaire. La régularité, oui ! La récupération, aussi.

Au bureau : vous décidez de vous levez  pour vous dénouer, vous improvisez des mouvements. Votre corps plus à l’aise vous permet de reprendre et d’être plus efficace.

Certains ont la chance de pouvoir alterner travail et nombreuses activités hygiéniques ( escalade, footing, gym tonique, ou gym douce, méditation…les exemples ne manquent pas)    C’est l’idéal. Vous ne pouvez pas ? Envisagez cette possibilité, préparez-vous… Sait-on jamais ?

Suivre notre rythme biologique

[dropcap_one] V [/dropcap_one] os connaissez les réponses. Comment ? en vous posant des questions de bon sens.

Exemples :
Lorsque le réveil sonne le matin, votre corps apprécie-t-il ce moment ? que vous dit-il ?
Lorsque vous suivez des horaires imposés par un système, travail à 9h, déjeuner à 12h00 , pause pipi à 16h00, fin du travail à 19h30, coucher à 22h30 ; est-ce vraiment ce que vous demande votre corps ? Si la réponse est non, quel est son souhait ?
Quel rythme est le votre ? vous êtes-vous déjà posé la question ? Celui qui serait bon pour votre corps?
Et est-ce le même que celui de votre voisin ?
Tout cela m’amène régulièrement à une question que je partage avec vous : Que faire pour que notre système soit en adéquations avec notre rythme biologique ? Et quelles en seraient les conséquences sur notre état de bonheur et de santé ?

Se faire plaisir, partager, aimer

[dropcap_one] Q [/dropcap_one] uoi? Et oui, si nous sommes heureux, notre corps, c’est-à-dire NOUS le sommes aussi:)
Passer du temps avec soi, au calme, partager un moment stimulant la joie et le bonheur avec  ses amis, la famille, ou une personne accostée dans la rue ou le métro, stimulent nos hormones du bonheur.
Il en est de même dans le partage et la générosité: faire plaisir fait du bien à quelqu’un, et à nous, donc à notre corps.
Tout cela est déjà aimer.
Comment développer le sentiment d’aimer? Ce sentiment merveilleux dont une des bases est l’empathie, l’attention à l’autre sans le juger, est à la portée de tout le monde. Nous n’avons pas besoin d’une personne en particulier pour développer ce sentiment (par expérience, la méditation aide, ainsi que s’exercer au non-jugement de soi et des  autres personnes, mais chacun est un être vivant libre, donc libre de trouver son moyen d’y arriver).

Le Résultat

[dropcap_one] Il [/dropcap_one]  n’y aura pas un résultat pour tout le monde, il y aura le résultat de chacun en fonction de ses choix, de sa capacité d’écoute de soi, de sa créativité, et de son degré de motivation. 🙂 .
Ne vous jugez pas à partir de mes propos. Ce ne sont que des suggestions.
Soyez simplement vous-même et souriez-vous !

Dans tous les cas, certains bénéfices seront acquis :

  • Meilleure harmonisation du corps.
  • Meilleur équilibre émotionnel.
  • Meilleure estime de soi.
  • Approche plus respectueuse du corps (le vôtre et celui des autres).
  • Meilleure régénération cellulaire.
  • Jeunesse prolongée.
  • Vieillissement plus tonique, plus offensif face aux maladies, voir rester en bonne santé.
  • Une relation à soi et aux autres plus heureuse.